Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 16:53
Introduction au kana



Le système d'écriture japonais utilise simultanément les caractères d'origine chinoise dits kanji et les kana regroupant les deux syllabaires que sont les hiragana et les katakana. La parfaite maîtrise des kana est le premier pas, la base fondamentale pour tous ceux qui veulent apprendre à écrire le japonais. Ensuite, commence l'apprentissage progressif des kanji, beaucoup plus nombreux.
Les kanji sont des "idéogrammes" (ils véhiculent un sens), tandis que les kana sont des écritures phonétiques. Globalement, les mots japonais –ou considérés comme tels– et les mots d'origine chinoise peuvent s'écrire pour la plupart de deux façons : soit en hiragana, soit en kanji. Lorsque l'on ne connaît pas un kanji, on peut ainsi écrire le mot phonétiquement en hiragana, il n'est donc pas nécessaire de connaître tous les kanji pour écrire japonais (ça, c'est une bonne nouvelle !). Les katakana sont quant à eux plutôt réservés à la transcription des mots d'origine étrangère (autres que chinois). On écrira par exemple en katakana : bakansu pour "vacances", shikku pour "chic", etc.
Le traçage des caractères se fait selon un ordre déterminé qu'il ne faut surtout pas négliger tant pour l'apprentissage des kanji que pour celui des kana. Respecter cet ordre est le seul moyen de pouvoir un jour écrire correctement. Vous verrez que cela vous aidera en outre à retenir plus facilement les caractères ainsi qu'à reconnaître les écritures manuscrites plus ou moins cursives des Japonais.
Il existe, par ailleurs, un ordre correspondant à notre "ordre alphabétique" qui sera aussi celui d'apparition des mots dans les dictionnaires. Apprenez les kana dans cet ordre, il suit une logique apparente et le fait de les apprendre dans l'ordre vous aidera dans votre apprentissage. La liste des kana commence avec le "a" et se termine avec le "n". L'ordre est donc a, i, u, e, o, ka, ki, ku, ke, ko, sa, shi, su, se, so, etc. (voir tableaux ci-dessous)
Pour vous aider dans l'apprentissage des kana, nous vous proposons l' animation kana, qui vous permettra d'entendre chaque kana et de voir leur traçage grâce à des animations. Vous pouvez également télécharger le quiz kana (il vous permettra de réviser les kana de manière ludique et de vous entraîner à les reconnaître). Nous vous proposons aussi une assez longue liste de vocabulaire de base en katakana qui peut être utile pour mémoriser les caractères tout en apprenant du vocabulaire.

Tableau des hiragana


Tableau des katakana


Règles d'écriture
A partir des listes de hiragana et katakana données ci-dessus et avec les quelques règles qui suivent, il est possible d'écrire tout ce qui se dit en japonais !
Bien entendu l'écriture japonaise utilise également comme nous l'avons vu les kanji et donc pour lire les textes japonais, il restera encore le gros travail de mémorisation des kanji mais au début de l'apprentissage de la langue on peut très bien écrire un texte japonais en kana en n'y mettant pas ou peu de kanji (c'est ainsi que sont rédigés les textes japonais dans les manuels pour débutants mais aussi dans les livres japonais pour jeunes enfants).
Les règles qui suivent peuvent sembler compliquées au premier abord mais en y regardant de plus près, on se rend compte que les règles d'écriture du japonais sont finalement bien plus simples que celles du français !
LES SYLLABES A CONSONNES SONORES
ga が
ガ gi ぎ
ギ gu ぐ
グ ge げ
ゲ go ご
ゴ En regardant attentivement ce tableau et en le comparant à ceux donnés ci-dessus, vous remarquerez que les consonnes muettes deviennent sonores grâce aux petits signes ajoutés dans la partie supérieure droite de chaque caractère. Vous pourrez retrouver à quelques exceptions près les relations suivantes :
k"⇒ g ; s"⇒ z ; t"⇒ d ; h"⇒ b ; h° ⇒ p.
za ざ
ザ ji じ
ジ zu ず
ズ ze ぜ
ゼ zo ぞ

da だ
ダ ji ぢ
ヂ zu づ
ヅ de で
デ do ど

ba ば
バ bi び
ビ bu ぶ
ブ be べ
ベ bo ぼ

pa ぱ
パ pi ぴ
ピ pu ぷ
プ pe ぺ
ペ po ぽ

CONTRACTIONS, DOUBLEMENTS DE CONSONNES et VOYELLES LONGUES
Une autre règle d'écriture permettant d'élargir la gamme des sons que l'on peut transcrire concerne les caractères ya, yu, yo et tsu. Ils ont en effet la particularité, tant en hiragana qu'en katakana, d'être parfois écrits en "minuscules" (petite taille par rapport aux autres caractères). Les ya, yu, yo "minuscules" permettent de noter des contractions. Ils suivent uniquement les syllabes de la colonne en "i" et l'ensemble ne constitue plus alors qu'une seule syllabe. Comparez par exemple きゃ KI + ya = kya (une syllabe) et きや KI + YA = kiya (deux syllabes).
1) Les contractions
kya きゃ
キャ kyu きゅ
キュ kyo きょ
キョ ⇒ gya ぎゃ
ギャ gyu ぎゅ
ギュ gyo ぎょ
ギョ
sha しゃ
シャ shu しゅ
シュ sho しょ
ショ ⇒ ja じゃ
ジャ ju じゅ
ジュ jo じょ
ジョ
cha ちゃ
チャ chu ちゅ
チュ cho ちょ
チョ ⇒ ja ぢゃ
ヂャ ju ぢゅ
ヂュ jo ぢょ
ヂョ
nya にゃ
ニャ nyu にゅ
ニュ nyo にょ
ニョ
hya ひゃ
ヒャ hyu ひゅ
ヒュ hyo ひょ
ヒョ ⇒ bya びゃ
ビャ byu びゅ
ビュ byo びょ
ビョ
pya ぴゃ
ピャ pyu ぴゅピュ pyo ぴょピョ
mya みゃ
ミャ myu みゅ
ミュ myo みょ
ミョ
rya りゃ
リャ ryu りゅ
リュ ryo りょ
リョ
2) Le doublement des consonnes
En japonais, le doublement de la consonne est particulièrement important dans la mesure où il s'entend à l'oral et que l'on passe facilement d'un mot à un autre suivant qu'une consonne est simple ou double. Le tsu "minuscule" double la consonne qu'il précède.
Exemples de doublements de consonnes en hiragana et en katakana :
さっか : SA + tsu "minuscule" + KA ⇒ SAKKA ("auteur")
チケット : CHI+KE + tsu "minuscule" + TO ⇒ CHIKETTO ("ticket")
3) L'allongement des voyelles
La dernière règle d'écriture concerne l'allongement des voyelles. Là aussi, il s'agit d'être attentif car selon que la voyelle est longue ou courte on peut encore passer d'un mot à un autre. Pour l'allongement d'une voyelle dans un mot en hiragana, il suffit de rajouter une voyelle de même timbre après la syllabe
ex. : おかあさん ⇒ O + KA + A + SA + N = okāsan ("mère").
Attention : le ō (o long) peut être obtenu selon les cas parfois par o + o ou, beaucoup plus fréquemment, par o + u
Exemples d'allongements de o :
きょうと⇒ KYO + U + TO = Kyōto (Kyōto est l'ancienne capitale du Japon)
おおi⇒ O+O+I = ōi ("nombreux")
Dans un mot en katakana, l'allongement de la voyelle se fait encore plus simplement car il existe un signe de rallongement de la voyelle, « ― », qu'il suffit de placer après la syllabe concernée.
ex. : スープ ⇒ SU + ー + PU = sūpu ("soupe")

Partager cet article

Repost 0
Published by seleniah - dans japon
commenter cet article

commentaires

Liens Morts

liens-mort-icone.png